zBête à bon Dieu, Dame à 7 points, la ou plutôt les coccinelles nous sont en général bien sympathiques. Il faut dire que ce sont de sacrées auxiliaires du jardin. Leurs larves sont voraces des pucerons qui dévorent les rosiers et autres frêles plantations. 


D’ailleurs, la coccinelle est utilisée comme moyen de lutte biologique contre les invasions de pucerons dans les cultures. Mais pas n’importe quelle coccinelle.
À la fin des année 1980, Harmonia Axyridis, est importée d’Asie pour sa grande voracité. En effet, cette belle asiatique aux couleurs variées (parfois aussi appelée coccinelle multicolore) est d’une redoutable efficacité. La coccinelle asiatique ou plutôt sa larve peut dévorer près de 6 fois plus de pucerons que l’européenne. Plutôt une bonne nouvelle oui mais… Harmonia est vraiment très vorace et contrairement à ses cousines européennes ses prédateurs et parasites, eux, sont restés en Asie. Ainsi, elle prolifère, souvent au détriment des espèces locales . Deux mécanisme entrent en action : la compétition dans l’écosystème -votre jardin et la prédation : la larve d’Harmonia Axyridis plus grande dévore volontiers ses cousines. Harmonia Axyridis, introduite comme bio-insecticides, à fini par s’acclimater et est aujourd’hui considérée comme invasive en Europe et aux États-Unis.

100 0419
Une Harmonia Axyridris vient prendre le chaud sur le mur sud

 

Alors comment la reconnaître ?


Pas facile, la belle est polymorphe  : le nombre de ses tâches varie, le dessin aussi tout comme ses couleurs : jaune, orangé, rouge avec des taches blanches ou pas, noires à point rouges. Tout est possible ou presque. Au total 32 types de coccinelles asiatiques ont été dénombrées par l’observatoire permanant de la coccinelle asiatique.  
Toutefois l’on peut retenir que c’est une grande coccinelle avec ces 5 à 7  mm et que ces tâches sont en générale mal dessinées.
Son comportement aussi peut vous aider. La coccinelle asiatique ne supporte pas les hiver froid et cherche à l’automne à rentrer au chaud dans nos maisons. Par une belle journée ensolleillée d’automne vous les avez sans doute déjà vu, dans les derniers rayons du soleil, chercher l’entrée de votre fenêtre ou votre porte. Elles peuvent se regrouper en grands paquets qui vont s’agglutiner dans un coin sombre pour passer l’hiver.
Elles sont particulièrement actives autour de la Toussaint (fin octobre, début novembre) d’où le nom donné par nos voisins britanniques de "Halloween Lady Bird".

5edf884791888 Harmonia Axyridis01 4516295
Quelques unes des nombreuses variations possibles pour la coccinelle asiatique

 

Les coccinelles endémiques d’Europe ont en général 7 points bien dessiné sur une carapace rouge et mesure 4 à 5 mm pour l’adulte. C’est surtout les larves qui peuvent permettre de les distinguer.  La larve des espèces européennes est noire avec des points oranges alors que la larve asiatique porte deux bandes oranges parallèles. 

Comment agir ?

On lit très souvent d’aspirer les coccinelles asiatiques qui se seraient agglutinées chez vous. Ce n’est jamais très réjouissant, mais cela peut limiter la pression sur les espèces locales. Pensez aussi à signaler votre découverte à l’observatoire : une meilleure connaissance de l’extension de l’espèce est primordiale pour la gérer.
Une autre solution, plus positive, est sans doute de favoriser les cocinelles européennes. La population à certes réduit de 40% depuis l’introduction de la coccinelle asiatique mais les espèces locales sont bien implantées. Les coccinelles européennes, adaptées à nos climat passent l’hiver dehors. À nous donc de créer un environnement favorable pour permettre leur survie. Il a des solutions très simples pour créer des abris : un simple tas de feuilles mortes, des petits fagots de bois sec posés au sol ou de façon plus élaborée de véritables hôtel à coccinelles.

Abris à cocci
Modèle d’abris à coccinelle

Vous pourrez trouver des tutos sur le site de Rustica, de la Salamandre ou encore des Jardins de Noé. À vous de jouer !