La terre, l’eau, l’air … le feu ! Un projet global pour se garder au chaud tout au long de la saison. Le groupe des découvreurs a réalisé cet automne un foyer de type Rocket en torchis pour cuisiner, se chauffer, en toute sécurité. Retour en images sur ce projet flamboyant.

Mi-octobre, il fait encore doux mais progressivement la lumière change, le vent se lève : l’automne arrive. Prévoyant (et oui, ils ont déjà un an d’expérience en plein air) le groupe des découvreurs se lance dans la construction d’un foyer surélevé en torchis.
La gadoue c’est rigolo mais il faut faire vite : les mains dans l’eau c’est de moins en moins attrayant, et déjà … les vacances approchent.

Étape 1 : préparation d’une armature en bois
Étape 1 : préparation d’une armature en bois. En arrière plan, le torchis

Mais pourquoi un château-four ? La cheminée du foyer prend la forme d’une tour surmontée de trois créneaux pour poser une poele ou une casserole. Un château quoi !
Le foyer est composé d’une armature en perches de bois souples qui sera noyée dans un torchis. La toute première étape consiste à préparer les perches et à installer la structure directement plantée dans le sol.

Mise en place de l’armature en pleine terre
Mise en place de l’armature

Les neuf perches sont plantées dans le sol puis tressées entre elles avec d’autres tiges souples. Ici, nous avons choisit du noisetiers.

Armature en place
L’armature est en place !

En parrallèle, la préparation du torchis débute : de la terre argileuse extraite de la carrière, de la paille (point trop n’en faut !) , de l’eau et surtout … beaucoup d’huile de coude pour tout mélanger. Nous travaillons directement sur la terre bâtue dans un cadre prévu à cet effet.

préparation du torchis par les enfants
Préparation du torchis. les enfants sautent sur l’occasion de jouer dans la boue!
zoom sur le torchis
l’art de trouver la bonne texture. Ni trop humide, ni trop pailleuse. Là il faut encore mélanger !

Le foyer possède une entrée d’air au sol, une bouche de chargement et une sortie d’évacuation de la fumée. Les ouvertures sont réalisées en bois souple puis recouverte de torchis. C’est le moment de mettre la main à la pâte !

Début du torchis
Recouvrement de la structure. En bas on aperçoit  l’entrée d’air 
la bouche de chargement
Façonnage de la bouche de chargement : on applique le torchis sur un cerclage en noisetier

Le bois sera chargé par une bouche située au dessus de l’entrée d’air. Ainsi les enfants ne devraient pas toucher les flammes. Le feu est alimenté progressivement par le bois qui descend au fur et à mesure qu’il se consumme.

Finitions du four
L’évacuation des fumées se fait par le haut. 

Le four est presque terminé : un lissage global du torchis, une petite coupe de cheveux (enfin des perches qui dépassent) et surtout la mise en place des créneaux pour pouvoir cuisiner dessus et ensuite … Patience! Il faut que ça sèche .

réglage de niveau du trépied
Niveau à eau fait maison

Pour régler les créneaux et être sûrs que la poele ne glisse pas, on improvise un niveau à eau. C’est l’occasion pour les enfants de faire un peu de sience appliquée, sans même s’en rendre compte !

Four fini
Tada! Voilà le château(four et ses fiers bâtisseurs

Quelques semaines plus tard, le four a séché et après quelques tests on tente le chocolat chaud … fumé! Bon, il reste quelques réglages visiblement : la fumée (impressionnante) sort par la bouche de chargement.

allumage du four
Oulala, ça fume !

Après réflexion, la cheminée entre la bouche et le haut est trop courte. Il faudra la réhausser pour améliorer le tirage. C’est pas grave, maintenant, on est experts!